Accueil / Tracé central : le choix de la raison

Retour à l'accueil

Tracé central : le choix de la raison

Bonjour,

Considérant que :
- l’intérêt d’une ligne forte de transport en commun est d’aller là où les voyageurs souhaitent se rendre ;

- à l’heure actuelle, les bus desservant le centre de Colombes sont très fréquentés, les arrêts du centre enregistrant un nombre important de montées et de descentes ;

- le tracé nord dans Colombes n’améliore en rien la desserte du centre-ville, pourtant très fréquenté et où les bus existants peinent à répondre à la demande ;

- les projets urbains prévus dans la partie nord accroîtront certes la population de cette partie de la ville, mais sans remettre nullement en cause l’attractivité du centre-ville, ce qui laisse supposer que le tram est à terme le seul mode de transport capable de satisfaire la demande du secteur central, tandis que le mode bus a encore une bonne marge de progression dans les quartiers nord ;

- le tracé nord dans Colombes, contrairement au tracé central, ne permet aucune correspondance pratique avec la ligne J du Transilien, axe pourtant fondamental pour la desserte du secteur et pour le maillage global du réseau de transports francilien (qu’aurait-on dit si l’on avait sacrifié la desserte de la gare de Saint-Denis par le T1 sous prétexte de la desserte d’un quartier en mutation excentré ??) ;

- le tracé central dans Colombes implique certes une insertion délicate, mais pas plus que ce que l’on peut actuellement rencontrer sur le T1 (traversée du centre de Saint-Denis) ou sur la première phase de son prolongement à l’ouest (traversée de l’Île-Saint-Denis) ;

- le tracé central dans Colombes permet d’assurer, pour un investissement sensiblement moins élevé que pour le tracé nord (124,3 M€ contre 134,7M€, soit -8%), un trafic nettement plus important (108 100 voyages par jour contre 80 000 pour la variante nord, soit +35%) ;

- le tracé central dans Colombes permet une redistribution du réseau de bus en direction des quartiers nord de Colombes actuellement excentrés ;

- l’on ne peut raisonnablement justifier le tracé nord en disant que, dans un futur lointain et hypothétique, le métro du Grand Paris passera par le centre-ville de Colombes ;

... le tracé central semble s’imposer logiquement pour le prolongement de T1 entre Les Courtilles et Colombes.

Il serait dommage de saborder un projet intéressant sous le seul motif qu’un élu a décidé de préférer la desserte de projets urbains au détriment de la desserte de l’existant, dont l’attractivité devrait continuer à croître, et du maillage du réseau.

Carte du tracé